Les nouvelles donnes en matière de prescription médicamenteuse des médecins coordinateurs annoncées dans la Loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2019 ont été confirmées par DECRET (n° 2019-714).
Le gouvernement a profité de ce texte publié au journal officiel du 6 juillet 2019 pour procéder à une mise au point sur un certain nombre des missions des  médecins coordinateurs .

 

Quelles sont les missions du médecin coordonnateur ?

* Des  missions définies dans le Code de l'action sociale et des familles.
* Deux principes qui n’ont pas changé :

1° )
-   Contrairement au médecin traitant, le médecin coordonnateur assure la qualité de la prise en charge médicale globale des résidents grâce à ses compétences gérontologiques .
Il élabore et met en œuvre le projet de soins de l’EHPAD avec le concours de l’équipe soignante.
Le projet de soin détermine les modalités de prise en charge des résidents. Par exemple, le projet de soins de l’EHPAD peut indiquer s’il y a des pathologies pour lesquelles l’établissement n’est pas en capacité d’intervenir.

Il donne son avis sur l’admission d’un résident
Avant l’admission d’un résident, le médecin coordonnateur donne un avis sur l’adéquation de son état de santé avec les capacités de prise en charge de l’établissement à ce moment donné.

Il étudie pour cela le dossier médical du futur résident et il le reçoit dans le cadre d’une visite d’admission. C’est le directeur de l’établissement qui se prononce en dernier recours sur l’admission.

Il réalise l’évaluation gériatrique du résident

Le médecin coordonnateur réalise plusieurs évaluations (tests cognitifs, bilan nutritionnel…) dont le résultat permet à l’équipe soignante d’organiser des interventions auprès du résident. Le médecin coordonnateur réalise ainsi par exemple l’évaluation du GIR du résident, avec l’équipe soignante, en général un mois après son entrée dans l’établissement puis le réévalue si nécessaire durant son séjour.
Dans ce cadre, le décret du 5 juillet 2019 (n° 2019-714 )  prévoit que désormais le médecin coordonnateur peut effectuer des propositions diagnostiques et thérapeutiques, médicamenteuses et non médicamenteuses".
Là encore le professionnel transmet ses conclusions au médecin traitant ou désigné par le patient.

 

Il coordonne les interventions des différents intervenants
Le médecin coordonnateur est en relation avec les intervenants extérieurs (kinésithérapeute, orthophoniste, …) ainsi qu’avec des médecins traitants et les spécialistes. Il veille avec l’infirmier coordonnateur de l’EHPAD à la bonne tenue des dossiers médicaux et para médicaux. Il participe à la mise en œuvre des conventions avec les établissements de santé et les réseaux gérontologiques ou tout autre acteur de la filière de soins gériatriques.

Il est en charge de l’animation de l’équipe soignante
Le médecin coordonnateur est en charge de l’élaboration des protocoles que les professionnels des EHPAD doivent suivre dans l’exercice quotidien de leur fonction : protocole d’hygiène, protocole du circuit des déchets, protocole de nettoyage et de désinfection des locaux et des chambres, conduite à tenir en cas d’apparition de cas de grippe   ou autre Virus … Il s’assure du suivi et de la bonne utilisation des procédures et protocoles et fiches de suivi. Il veille également à l’application des bonnes pratiques gériatriques.

Le médecin coordonnateur a, de plus, un rôle dans la formation continue de l’équipe soignante.
Le décret de juillet 2019 rajoute qu'il peut "également participer à l'encadrement des internes en médecine et des étudiants en médecine, notamment dans le cadre de leur service sanitaire".

  2° ) -   Le médecin coordonnateur en EHPAD n’est pas le médecin traitant des résidents
 

Si la prescription des médecins coordonnateurs reste corrélée aux médecins traitants elle est toutefois étendue :
Jusqu'à présent ils n'étaient autorisés qu'à réaliser des prescriptions médicales pour les résidents en cas d'urgence ou de risques vitaux... Tout cela avec l'obligation d'informer les médecins traitants des résidents.
Ces règles sont effectivement conservées mais le décret précise que ce dispositif d'urgence inclut "la prescription de vaccins et d'antiviraux dans le cadre du suivi des épidémies de grippe saisonnière en établissement » et,  il n’est plus question que des cas d’urgence vitale du résident ou de risque exceptionnel dans l’établissement mais le médecin coordonnateur peut désormais "intervenir pour tout acte, incluant l'acte de prescription médicamenteuse, lorsque le médecin traitant ou désigné par le patient ou son remplaçant n'est pas en mesure d'assurer une consultation par intervention dans l'établissement, conseil téléphonique ou télé prescription".
Si le médecin coordonnateur a toujours l'obligation d'informer le professionnel qui suit habituellement le résident des prescriptions qu'il aura mis en œuvre , cette notion de médecin traitant impossible à joindre est source à discussion , voir à conflit avec les médecins de famille (« c’est sûr que je ne réponds pas toujours tout de suite au téléphone quand je suis en consultation ou sur la route
 ». 

Quelle formation ?

Pour être médecin coordonnateur en EHPAD, il faut :

  • un diplôme d’université (DU) de médecin coordonnateur ou une capacité de gérontologie validés dans le cadre de la formation médicale continue 

  • ou un diplôme d'études spécialisées complémentaires en gériatrie.

Si le médecin n’a pas ces qualifications, il peut être embauché mais il doit s’engager à remplir les conditions dans un délai de trois ans après son embauche.
 

Présence ?

Le médecin coordonnateur n’exerce pas à forcement à temps plein. Son temps de présence dans l’établissement varie selon la taille de la structure. Il peut alors cumuler une activité libérale et être le médecin traitant de certains résidents.

Le médecin coordonnateur ne peut pas être directeur de l’EHPAD.

Textes :

Décret n° 2019-714 du 5 juillet 2019 portant réforme du métier de médecin coordonnateur en établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000038730185/ [JORF n°0155 du 6 juillet 2019]

-

Informations légales

  • C.G.U

  • Conformité R.G.PD

  • Domicile

  • Établissements

  • Usagers

  • Aidants

  • Professionnels

  • CVS

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon

© 2019-2020 FNAPAEF - Mentions légales - Plan du site