bandeau fiches 24_edited.jpg

les anciens et leurs proches parlent aux candidats présidentiels et aux parlementaires

Webconférence du 1° avril 2022 

   - La nécessaire revalorisation des métiers et des effectifs .

  - La situation actuelle  

  Conditions de travail

Nous sommes témoins des efforts demandés au personnel et de la pression qui pèse sur leurs conditions de travail.
 

 - Dans les services à domicile, le fractionnement des plans d’aide oblige à limiter le temps de certaines interventions à la demi-heure (voire au quart d’heure). Cela entraine un accroissement des déplacements entre les divers bénéficiaires. Cela ne permet pas un accompagnement humain satisfaisant, les personnels étant contraints de presser la personne âgée pour respecter le temps d’intervention. Les aides à domicile sont contraintes en certains cas à assumer des tâches pour lesquelles elles ne sont pas formées en particulier quand les SSIAD ou l’Hospitalisation à Domicile interviennent moins ou pas le week end. Outre que cela engage leur responsabilité cela est générateur d’un stress préjudiciable à elles comme aux personnes âgées concernées.
 

En EHPAD en l’absence de la fixation d’un ratio au chevet du résident, le personnel en nombre insuffisant est contraint d’effectuer les taches dans un délai très contraint (les toilettes en 10 minutes), le couchage, les repas etc. Comment bien vivre au travail quand les conditions ne vous permettent pas de respecter ce qui fait la valeur de votre métier : le contact et l’humanité. Les glissements de tâches sont quotidiens.
 

Les accidents de travail dans ces secteurs sont plus nombreux que ceux du secteur du BTP. Il ne faut pas non plus s’étonner que les arrêts maladies soient nombreux.

 

  Rémunération et contrats de travail

 - Dans les EHPAD

Quand l’Etat a décidé, à juste titre, de construire le plan Ségur pour revaloriser les salaires, pour favoriser l’attractivité des métiers, pour offrir une meilleure qualité de vie au travail, à nouveau les discussions, les négociations ont oublié tout simplement le secteur des personnes âgées, du domicile, du handicap. Les accords Ségur ont été bâtis à la hâte, uniquement pour répondre à l’urgence de l’hôpital mais en n’anticipant aucune des conséquences et répercussions sur les autres secteurs. Les semaines et mois qui ont suivi ont été une succession de mesures de rattrapage : on a rattrapé les EHPAD avec le Ségur 2 puis l’Aide à domicile, puis le Laforcade 1 pour une liste très réduite de personnels. Certes le gouvernement a décidé des mesures financières non négligeables mais leur mise en œuvre au 1er janvier 2022 conduit à un climat social tendu l’impact sur les diverses grilles de de rémunérations ayant bousculé les niveaux entre elles sans que cette conséquence ait été réfléchie et concertée. 
 

Beaucoup d’agents restent en CDD (renouvelés souvent chaque mois) alors qu’ils occupent des postes budgétaires non pourvus (signalé dans le secteur lucratif mais hélas aussi dans le secteur public et privé non lucratif). Voilà bien un point qui devrait être contrôlé !
 

Les personnels du secteur public relèvent de fonctions publiques différentes selon que l’établissement soit géré dans le cadre hospitalier ou par une collectivité locale (CCAS, commune, intercommunalité).

 

 - Dans les services à domicile
 

L’avenant n° 43 de la branche de l'aide, de l'accompagnement, des soins et des services à domicile a enfin permis un début de reconnaissance salariale. Les rémunérations très basses (quelquefois inférieures au SMIC) ont été revalorisées de 13 à 15 % au 1 er octobre 2021). Elles varient en fonction du la qualification (diplôme d’auxiliaire de vie et de l’ancienneté).
 

L’essentiel de la prise en charge du coût horaire par le département dans le cadre de l’APA a conduit à des situations inégales sur l’ensemble du territoire.

La plupart des aides à domicile sont en CDI mais avec des interventions variables en fonction des hospitalisations ou des décès touchant les personnes âgées qu’elles ont en charge. (Le temps de travail est décompté annuellement)

Une part importante sont à temps partiel soit imposé soit à leur demande compte tenu de la difficulté à tenir le rythme de travail.

  - Problèmes à régler

 - Le recrutement : tant que des réponses ne seront pas apportées quant à l’amélioration des conditions de travail, de la carrière et des rémunérations, de nombreux postes ne trouveront pas preneur. Le turn over demeurera important

 - La fidélisation : elle est liée au déroulement de carrière aux perspectives en termes de formation et d’évolution.
 

 - La prise en charge des déplacements pour les aides à domicile : beaucoup transportent dans leur véhicule personnel les personnes âgées dont elles s’occupent pour faire des courses. Les trajets entre les diverses personnes aidées ne sont pas pris en charge de façon identique dans toutes les structures et dans tous les départements. 

Elles ne sont pas aidées pour changer de véhicule et l’augmentation des carburants doit être considérée d’urgence

 Claudette Brialix