bandeau fiches 24_edited.jpg

les anciens et leurs proches parlent aux candidats présidentiels et aux parlementaires

Webconférence du 1° avril 2022 

 

     -  Convient-il de lier dépendance et réforme des retraites ?

  - Le niveau actuel des retraites
 

 1- La retraite moyenne

Selon la dernière étude de la DREES, la pension de retraite moyenne des nouveaux retraités tous régimes confondus fin 2019 s’élève à 1393 euros net.

 La pension moyenne des femmes est de 40% inférieure à la pension de retraite moyenne des hommes. (835 euros)

Dans le cas d’un couple, le montant de la retraite moyenne s’élève à 2625 euros par mois. A noter que pour 97% des couples de retraités, la pension de retraite de base constitue la source de revenus principale.
 

 2- Le pouvoir d’achat des retraités a baissé de 7% entre 2010 et 2021

Une annexe au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2022 présente l’évolution du pouvoir d’achat des retraités depuis 2010. “Les pensions du régime général, de la fonction publique et de l’Agirc-Arrco liquidées en 2010 garantissent en 2021 un pouvoir d’achat inférieur à celui qu’elles donnaient lors de leur liquidation en 2010”, est-il écrit dans le document. Entre 2010 et 2021, les pensions ont été revalorisées de 8,6 % dans le régime de base et celui de la fonction publique pour les retraités gagnant moins de 2.000 euros mensuels. La hausse a été limitée à 7,9 % pour ceux gagnant plus de 2.000

En ce qui concerne la retraite complémentaire, la hausse est de 7,2 % à l’Arrco (ex-retraite complémentaire des non-cadres), et 5,1 % l’Agirc (ex-retraite complémentaire des cadres). Selon l’INSEE En pour la période 2010 à 2021 l’inflation a été de 14,2%. En 2021, les taux de CSG ont subi une évolution de 0,9 % Soit une perte globale de 7% au moins.

  - Le niveau actuel des tarifs hébergement en EHPAD
 

Analyse statistique Direction des établissements et services médico-sociaux www.cnsa.frwww.pour-les-personnes-agees.gouv.fr • Les prix en EHPAD en 2019

 Trois ensembles :
 

   1- Tarification administrée :

Ce sont les EHPAD publics et une grande partie des EHPAD privés non lucratifs habilités à l’aide sociale. Les EHPAD publics sont présents dans tous les départements. Ici, les tarifs hébergement sont fixés par les départements. Ces établissements connaissent des taux d’occupation très élevés avec les durées de séjour les plus longues.
 

   2- Tarifs hébergement intermédiaires aux deux autres secteurs (public et privé commercial) :

Le secteur privé associatif, tout en obéissant à un mode de gestion privé, propose une majorité de places habilitées à l’aide sociale. Les tarifs des places habilitées sont fixés par les départements. Les autres tarifs sont libres. Ses implantations sont géographiquement diversifiées (Ile-de-France, Nord, Nord-Ouest et Alsace-Lorraine), mais disparates avec une présence marquée à la périphérie des grands centres urbains.

   3- Tarifs libres :
Les EHPAD privés commerciaux, concentrés dans des zones où le prix de l’immobilier est le plus élevé, marquées par une forte densité démographique et des plus hauts revenus. Leurs prix sont plus élevés, leurs taux d’occupation proches des 95 % et leur durée de séjour plus réduite. Ils accueillent plus largement des résidents n’habitant pas dans le département d’implantation.

   Tarifs hébergements médians 2019

-Chambre seule habilitée à l’aide sociale   57,97 € /jour soit 1740 euros mensuels.

  • dont habilitation partielle  totale ou majoritaire  57,57 € soit 1740 € mensuels ;

  • dont habilitation  partielle pour 50 % des places ou moins  59,77 € soit 1794 € mensuels ;

-Chambre seule non habilitée à l’aide sociale   85 € soit 2550 € mensuels.

-Ces prix augmentent rapidement depuis 2019. Ils subiront aussi l’incidence des prix de l’énergie et des denrées alimentaires.

  - Incidence de la réforme des retraites

L’allongement de la durée d’activité va peser sur les aidants qui ne seront pas disponibles pour leurs ainés. Le congé de proche aidant est court et insuffisamment indemnisé.
 

Les carrières incomplètes touchant principalement les femmes entrainent une décote importante et induit un niveau de retraite moindre.
 

Surtout, il s’agit de maintenir la pension de réversion qui, si elle était totalement supprimée ou réduite, entrainerait une pauvreté accrue des femmes âgées. Beaucoup d’ailleurs n’en bénéficieront pas (pacs et concubinage n’ouvrent pas de droits).
 

Les séniors rencontrent des difficultés à retrouver un emploi après 55 ans. Ils feront difficilement la jonction en fin d’indemnisation du chômage et l’ouverture des droits à la retraite. Le montant de leur retraite en sera impacté.

 Rapport annuel du COR – Juin 2021 extraits

Malgré le contexte de la crise sanitaire et le vieillissement progressif de la population française, les évolutions de la part des dépenses de retraite dans le PIB resteraient sur une trajectoire maîtrisée à l’horizon de la projection, c’est-à-dire 2070. C’était un résultat qui prévalait avant la crise sanitaire que nous traversons depuis début 2020. C’est un résultat qui demeure valable après crise.
 

Les évolutions démographiques défavorables seront contrebalancées par la baisse à venir de la pension moyenne rapportée aux revenus d’activité, à législation inchangée. La pension continuerait de croître en euros constants, mais moins vite que les revenus, du fait des mécanismes d’indexation du système de retraite sur les prix (quand les revenus d’activité bénéficient en sus des gains de productivité).

À l’horizon 2030, la part des dépenses de retraite dans le PIB serait un peu moins élevée que dans les projections de novembre 2020 (13,7 % contre 13,9 % dans le scénario 1,3%). Les dépenses progresseraient de façon moins dynamique qu’en novembre 2020 compte tenu de la révision à la baisse de l’espérance de vie, et à court terme, par la prise en compte de la surmortalité liée à la Covid qui est intervenue depuis. À cet horizon, le PIB reviendrait sur sa trajectoire de croissance équilibrée et le solde serait de nature essentiellement structurelle.

À partir de 2030 et jusqu’au début des années 2060, la part des dépenses de retraite dans le PIB baisserait dans tous les scénarios mais avec une amplitude variable entre eux. À l’horizon 2070, la part des dépenses de retraite serait même inférieure à celle constatée en 2019, avant crise, dans tous les scénarios, en lien notamment avec la révision à la baisse des gains d’espérance de vie sur toute la période de projection.

   - Conclusion : 

Le montant actuel des retraites est déjà bien inférieur aux tarifs mensuels d’hébergement. Pour un couple, le reste à vivre de celui qui demeure au domicile le réduit à la précarité.
 

Les projections d’évolution des retraites vont aggraver l’écart entre leur montant et les tarifs hébergements.
 

Comment poser encore une réforme des retraites alors que les projections du Conseil d’orientation des retraites ne le préconisent pas. Veut-on réduire les vieux à la précarité et les obliger comme autrefois à finir leur vie dans des hospices dépourvus de moyens ?
 

Quand le patrimoine sera consommé (double peine pour ceux qui seront condamnés à la dépendance) qui assurera le financement de leur accompagnement si la solidarité nationale continue à les ignorer ?

 Claudette Brialix