Lettre au nouveau ministre des solidarités et de la santé, Olivier VERAN.

 

Monsieur le Ministre,

 

La FNAPAEF vous présente toutes ses félicitations pour votre nomination à ce grand ministère où la tâche se révèle très lourde au travers des quatre principaux axes d’actions à mener autour du coronavirus, des retraites, de l’hôpital et de la perte d’autonomie.

 

Fin connaisseur de tous ces problèmes en tant que très actif ancien Rapporteur Général de la Commission des Affaires Sociales, notre Fédération ne doute pas que vous mettrez tout en œuvre, avec toutes les parties concernées, pour avancer rapidement sur ces sujets urgents et y apporter les meilleures réponses, avec un financement pérenne.

 

Le dégel de 20 millions d’euros pour le secteur de l’aide à domicile et votre première visite  que vous y avez consacrée semblent être un symbole encourageant que la FNAPAEF salue, mais insuffisant au regard de la situation particulièrement alarmante établie par les nombreux rapports parlementaires auxquels elle a contribué.

 

La marque de fabrique de la FNAPAEF, association loi 1901, « vieille » de plus de 15 ans d’existence, réside dans toutes formes d’engagements pour promouvoir et apporter à la personne âgée fragilisée un prendre soin et un accompagnement digne et respectueux où le mot  vieillesse  n’est pas synonyme de punition.

En régions, elle regroupe nombre d’associations de familles qui s’impliquent pleinement à favoriser la parole des plus vulnérables et de leurs proches, à les écouter, les soutenir et comprendre leur  mal être,  à appréhender leurs questionnements et le sens à donner à cette dernière étape de la vie.

Ensemble ils sont force de propositions et d’actions adaptées à leurs perceptions de la qualité de vie espérée, dont l’âge n’exclut ni désirs ni plaisirs, remontées ensuite aux directions, aux organismes gestionnaires, aux  partenaires institutionnels, aux élus, aux médias.

 

Le respect de la Charte des Droits et Libertés de la Personne Accueillie, de sa citoyenneté à part entière, entraîne sur le terrain une veille particulièrement vigilante pour s’assurer que le mot bientraitance guide réellement la prise en charge de cette  descente douloureuse vers la perte d’autonomie.

 

Pour faciliter et améliorer les relations entre personnes âgées, familles et professionnels et favoriser un bien-vivre partagé, la promotion et l’évolution des Conseils de Vie Sociale en institutions, pour l’heure, restent une priorité d’action pour tous les membres de la  FNAPAEF.

Ils militent aussi pour l’émergence de Conseils de Vie Sociale au sein des structures de gestion d’aide à domicile, les concertations avec les usagers et leurs familles étant à construire.

La clarification des textes réglementant ces institutions et structures pour une meilleure compréhension des rôles de tous semble nécessaire et accessible, d’autant qu’elle devrait s’effectuer sans coût.

 

Reconnaissant la volonté appuyée des personnels soignants (tous métiers confondus de la filière gériatrique), en nombre complètement insuffisant, de bien faire, la FNAPAEF est solidaire de leur frustration de ne pouvoir exprimer pleinement leurs fonctions d’accompagnement bienveillant et de n’être  reconnus ni dans la pénibilité ni dans le salaire et elle apporte un soutien à leurs revendications sur site.

 

Au plan national, forts des remontées de leurs associations, les représentants de la FNAPAEF s’investissent dans des commissions relatives au grand âge au sein d’institutions telles le HCFEA, l’UNIOPSS, la SNCF, le Défenseur des Droits et d’autres qui peuvent s’ouvrir à eux.

 

Ils ont été auditionnés  par les Députées  Monique IBORRA lors de la «  Mission Flash sur  les EHPAD » précédant le rapport IBORRA-FIAT, Annie VIDAL sur « l’évolution de la démarche qualité au sein des EHPAD et de son dispositif d’évaluation », avant son rapport, et Audrey DUFEU-SCHUBERT sur la « place et image des aînés dans notre société », avant son rapport.

 

 Dans le cadre de la grande concertation nationale sur le grand âge, ils ont participé à deux ateliers (Métiers et Cadre de vie), émis des suggestions et des avancées sur le site informatique dédié, avant le rapport LIBAULT aux 175 propositions.

 

Dans le cadre de l’UNIOPSS, Madame EL KHOMRI leur a dévoilé son rapport sur « la réforme organique des métiers du grand âge » , engendrant discussions et réactions.

Ils n’hésitent pas à s’exprimer dans les colloques et toutes formes de médias, en y rappelant chroniquement l’injustice de la discrimination par l’âge imposée aux plus de 60 ans dans la prise en charge de leur accompagnement dans leur perte d’autonomie.

 

Et, comme tous les acteurs évoluant auprès des personnes vieillissantes fragilisées, ils ne peuvent comprendre et accepter ces reports de la Loi Grand Age et Autonomie après tant de consultations et contributions si riches et convergentes.

 

Noyade de nos anciens vulnérables au milieu de l’océan de rapports sans suites ?

 

L’aide et l’accompagnement autour du vieillissement, défi sociétal, défi démocratique,  demandent  un engagement ambitieux et fort de la solidarité nationale qui ne peut plus attendre.

 

Madame Agnès BUZIN a lancé, le 16/01/2020, la stratégie globale « Vieillir en bonne santé 2020-2022 », stratégie de prévention de la perte d’autonomie dans laquelle elle s’insurge contre l’idée que la dépendance serait un corollaire du vieillissement : « la perte d’autonomie n’est pas un âge de la vie »… « la société de longévité que nous construisons doit être une société de prévention dans tous les lieux de vie à domicile et en établissement, parce que c’est à ce prix que le vieillissement sera une chance et non un fardeau »

La FNAPAEF ne peut que  cautionner encore une fois ces affirmations mais attend les actions.

 

Privés d’interlocuteur direct par l‘absence d’un Secrétariat d’Etat aux Personnes Agées, pourtant d’une utilité incontestable au regard de la tâche de cet immense chantier social et humain sur le Grand Age, une délégation de membres de la FNAPAEF serait très honorée de pouvoir vous rencontrer.

 

En porte-parole de notre Fédération, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre haute considération.

 

Françoise Gobled , présidente par intérim

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

 Tous les Posts Récents

January 2, 2020

Please reload

© 2018 FNAPAEF - Mentions légales - Plan du site