LES PERSONNES AGEES SONT AUSSI CONCERNEES PAR LE MOUVEMENT SOCIAL DU 5 DECEMBRE

 

Un mouvement social d’ampleur s’annonce pour le 5 décembre.
Ce n’est pas comme voudrait le faire croire le Président de la République et le gouvernement un mouvement corporatiste. La réforme des retraites concerne toutes les branches socioprofessionnelles. Peu claire jusqu’à présent dans sa présentation, elle soulève de nombreuses inquiétudes pour toutes les générations.

Beaucoup de jeunes entrant de plus en plus tard dans la vie professionnelle, pauvres, pour une grande partie d’entre eux, souvent endettés pour pouvoir payer leurs études, ne sont pas pessimistes comme on le leur reproche mais se demandent comment ils vaincront dans cette course aux handicaps croissants.
Leurs parents, confrontés aux difficultés d’emploi, assurant à la fois le soutien de leurs enfants mais aussi celui de leurs propres parents se demandent comment la réforme des retraites va impacter leur fin de carrière. La fixation d’un âge pivot va les conduire à travailler plus longtemps. Comment dans ces conditions assumer le rôle d’aidant sans épuisement à la clé ?

Les femmes sur qui depuis toujours reposent les obligations familiales sont particulièrement concernées. En découlent souvent des carrières hachées et incomplètes qui pénalisent fortement le montant de leurs retraites.

Les personnes âgées qui ont vu le niveau de leur pension stagner en raison d’un gel prolongé de la revalorisation sont confrontées à des difficultés croissantes dès que leur santé se détériore et que la perte d’autonomie s’installe.
Les futurs retraités pourront-ils aider financièrement leurs parents très  âges si besoin est ?

De plus, il est clair qu’ils sont appelés à financer la solidarité nationale mais qu’en retour ils n’ont rien reçu. Les mesures prises pour l’accompagnement à la perte d’autonomie n’ont été financées que par les retraités imposables dans le cadre de la contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie.

Dans quelle situation seront les retraités après la réforme ?

La loi Grand Age et Autonomie tant attendue (depuis plus de 10 ans) pour financer l’accompagnement de la perte d’autonomie, promise pour 2019 par le Président de la République, est invoquée de temps à autre à l’occasion de la remise de rapports multiples sans qu’une ébauche n’apparaisse. Après une longue concertation nous aurait-on
encore floués ?

Le maintien à domicile plébiscité par tous s’effectue dans des conditions plus que difficiles en raison des difficultés financières et de recrutement des services gestionnaires, des déserts médicaux, des transports non assurés.

La situation des hôpitaux et l’accès aux soins sont prégnants.

Tout cela a été redit au fil des années et des concertations. Espère-t-on que notre mémoire soit défaillante ?

Nous observons que lorsqu’il s’agit de prendre des mesures en direction des entreprises (CICE et suppression de cotisations sociales), suppression de l’ISF, lesquelles impactent lourdement le budget de l’État, le pouvoir n’a pas longtemps tergiversé.
 

Les très « vieux » n’iront pas dans la rue. Les pouvoirs publics espèrent surtout que la résignation permette de poser un couvercle durable sur ces problèmes sociétaux reportant à demain et sur d’autres ces questions.
Dans l’intervalle que se sera-t-il passé ?

Tout est lié. La segmentation des réponses d’ailleurs partielles apportées interroge sur la vision globale de l’évolution sociétale par le pouvoir.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Claudette - Unknown Artist
00:00 / 00:00
 Tous les Posts Récents

September 26, 2019

Please reload

© 2018 FNAPAEF - Mentions légales - Plan du site