• FNAPAEF

La Loi grand Age est morte,les vieux une fois de plus au ban de la société.

Nous le pressentions. C’est confirmé. Une grande loi répondant au vieillissement de la société pourtant promise au plus haut niveau ne verra pas le jour.

Nous ne croyons pas aux mesures fortes de la loi de financement de la sécurité sociale. La barque sécurité sociale est lourdement lestée par les mesures covid qui ne sont pas financées.

Douchés par les tromperies successives alors que nous avons joué le jeu de la concertation, nous n’attendons plus rien. La litanie des décès par abandon d’accompagnement n’y fera rien: notre société ne se préoccupe pas de ses vieux sauf quand elle est concernée à titre individuel, s’empressant de passer à autre chose quand la personne a disparu. Elle refuse de se projeter dans sa propre vieillesse à venir. Les vieux ne sont-ils pas à ranger dans un passé dépassé dès lors qu’ils perdent leurs moyens physiques et psychiques avec la triste image de poids mort financier que le miroir des différents gouvernements successifs continue de leur renvoyer ?

Honte aux politiques qui nous ont trahis, qui se cachent les yeux en affirmant la main sur le cœur que le vieillissement est une préoccupation majeure.

Faut-il alors s’étonner de l’augmentation préoccupante de l’abstention aux élections? Les vieux habitués au respect de leur devoir civique continueront-ils à voter pour des candidats qui les ignorent ?

Les jeunes (que certains se plaisent à opposer aux vieux) ne verront pas non plus de réponses aux problèmes rencontrés par ceux qui ne parviennent pas à assurer leur avenir.

C’est un abandon de la politique sociale au profit de l’économie dont il s’agit. Levons-nous avec cannes et fauteuils. Nous invitons les jeunes à nous y aider.


Claudette BRIALIX, présidente , Françoise GOBLED vice-présidente, Lucien LEGAY vice-président