top of page
  • FNAPAEF

Encore combien de temps le pouvoir restera t il sourd aux problèmes de la vieillesse ?











Combien de temps le gouvernement restera-t-il sourd au respect, à la dignité, à la pleine citoyenneté de nos aînés en perte d’autonomie ?

Le scandale d’ORPEA avec ses malversations et détournements de fonds au dépend de la prise en charge des résidents n’est malheureusement que l’arbre qui cache la forêt.

La FNAPAEF dénonce depuis de nombreuses années le manque alarmant de moyens humains et budgétaires pour décliner le mot «bienveillance» avec son accompagnement vertueux auprès de nos aînés les plus vulnérables, et ce, tant dans le secteur public que privé.

Il n’existe pas de sous-citoyens.

La Défenseure des droits tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme sur les atteintes aux droits fondamentaux et la maltraitance des résidents en EHPAD. Elle juge aujourd’hui la très grande faiblesse du suivi des recommandations de son rapport de mai 2021 sur les droits fondamentaux des personnes accueillies en EHPAD .

Seules 9% de ses préconisations se sont traduites par une action à ce jour.

On nous berce de nouvelles concertations au sein du Conseil National de Refondation, de

la«Fabrique du bien vieillir», mais l’urgence est là quand de nombreux travaux et projets de loi dorment profondément dans la réserve gouvernementale.

Où est passé le rapport Libault (2019) pour une nouvelle politique du grand âge, fruit d’une large concertation citoyenne, avec ses 175 propositions ?

Où est passé le rapport El Khomri (2019) en faveur de l’amélioration de l’attractivité des métiers du grand âge ?

Où est donc passée la grande promesse électorale de 2017 du Président Macron d’une grande loi autonomie-grand âge?

Malgré certains efforts ponctuels en régions et dans les établissements, sans Loi Grand Age, les vieux resteront dans l’ombre de la maltraitance institutionnelle, avec des restes à charge bien plus élevés que la moyenne des retraites, et les personnels en burnout.

Les revalorisations du Ségur ne compensent en rien les conditions de travail et laissent de nombreux postes vacants. Du «sous» nombre, on passe en« sous sous» nombre de personnels....

Le secteur l’accompagnement à domicile est exsangue, la prévention à peine balbutiante.

Les graves problèmes du secteur hospitalier et les déserts médicaux ne favorisent en rien le respect attendu d’une prise en charge proportionnelle à l’âge.

Et ce ne sont malheureusement pas nos «vieux» qui risquent de défiler dans la rue et bloquer

l’économie de la nation.

Mais pas de résignation. Nous portons leurs échos.



Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page