Je ne veux plus ou je ne peux plus rester dans mon logement quelles solutions ?

   Choisir un type d’hébergement dépendra essentiellement de votre degré d’autonomie


Plusieurs solutions d'hébergement sont proposées aux personnes âgées en fonction de l’état de dépendance de la personne concernée : Il peut être possible de s’orienter plutôt vers :
-
l' accueil familial , ou des solutions plus rares mais qui se développent telles que l’habitat regroupé solidaire , l’habitat intergénérationnel , l'habitat inclusif.
- une résidence autonomie ou de services où il n’y a pas forcément un accompagnement médical lourd mais vraisemblablement plus d’indépendance, un logement plus autonome , plus d’activités notamment extérieures.
- une maison de retraite . Si l’
Ehpad : (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes ) est la structure collective la plus connue ce ne sera pas forcément vers lui qu’il faut se diriger mais vers une structure plus médicalisée (USLD)  ou une Unité Protégée spécialisée dans l’accueil des personnes qui ont des troubles cognitifs (Alzheimer ou autres) .
Pour ce type d’établissement  le choix peut se poser entre établissement public, structures associatives ou établissement privé à but lucratif ou Non 
; la différence va souvent se faire sur le prix de journée et donc le reste à charge pour le résident ou sa famille mais aussi sur l’offre ;  Si le choix se porte sur un établissement public, les places sont souvent plus rares. Il est préconisé de faire assez à l’avance une inscription sur une liste d’attente (inscription administrative officielle !)

Déménager dans une maison de retraite est malheureusement souvent une décision prise dans l’urgence. Pour éviter que cet événement soit mal vécu par la personne âgée concernée, il est important de l’interroger sur sa volonté, sur ce qu’elle veut ou ce qu’elle ne souhaite surtout pas.

  • Décider de l’établissement où habitera une personne âgée n’est pas forcément la démarche la plus simple à effectuer. Si le choix peut être dicté par une raison économique, il ne doit s’agir de la seule donnée à prendre en compte.

  • Mieux vaut éviter de choisir un logement uniquement car c’est celui dans lequel il y a de la place.


Voici quelques paramètres à prendre en compte le jour où la question de s’installer en maison de retraite se pose  (A noter qu’il y a aussi parfois la possibilité de tester l’établissement sur un court séjour)

[La localisation,]

Le premier réflexe est de chercher l’établissement le plus proche du domicile de la personne âgée. Ce n’est pas forcément la meilleure stratégie : en s’éloignant de 20 à 30 kilomètres le logement proposé sera peut-être moins cher ou d’une qualité supérieure à ce que vous auriez pu avoir ; Cependant attention, le changement d’habitude peut aussi avoir des conséquences négatives et là aussi l’état de santé, voire de dépendance, de la personne âgée sera déterminant . 
S’il s’agit d’une personne qui aime sortir , maintenir un lien avec la ville (anciens voisins, magasins ) il faudra alors exclure toutes les structures inaccessibles en transport en commun. Il faut aussi penser aux personnes qui viendront régulièrement rendre des visites. Pour ces dernières, il est nécessaire que l’accès soit simple , sinon  les visites pourraient s’espacer au fil du temps.
Il faut aussi  penser à vous les aidants , il est important de voir entre vous et la personne concernée que privilégier ? Si c’est votre lien , votre présence fréquente qui permettra votre suivi attentif et régulier de ses conditions d’hébergement et de soins,  il sera judicieux de  limiter au maximum la distance entre vous .

 [Le coût,]

L’un des critères qui revient en premier est le coût de l’hébergement. Il faut prendre le temps de l’analyser et de regarder les services qui sont compris dans ce tarif. Il est conseillé de demander un exemple de facture.  
En parallèle, pensez à lister les aides auxquelles la personne âgée est éligible comme les allocations logement, l’aide personnalisée d’autonomie (APA) ou encore l’aide sociale à l’hébergement (ASH). Dans certains cas, il peut aussi être possible de faire jouer une assurance dépendance ou encore de demander un coup de pouce financier à sa mutuelle.
A partir de là, il est important de bien évaluer la capacité financière du sénior mais aussi celle de ses proches qui pourraient être amenés à payer l’établissement.
Il n’y a souvent pas de garantie entre le prix et la qualité : Attention aux labels ronflants comme aux locaux « vitrines ». Un EHPAD privé dit haut de gamme peut avoir « des locaux pimpants » , « cosy, » des salons bibliothèques ..déserts alors que les résidents sont confinés seuls dans les chambres car il n’y a pas assez de personnel pour y entrer en dehors des repas et des soins.

[La visite,]

Une des obligations avant de faire son choix est donc de se rendre sur place, si possible accompagné par une personne qui ne sera pas impliquée émotionnellement. N’hésitez pas à visiter plusieurs établissements, comme n’hésitez pas à faire plusieurs visites par structure à des moments différents .
il y quelques critères à observer : Vous pouvez voir :
- Comment vous êtes accueillis, si les personnels sont souriant, s’ ils vous adressent la parole lorsque vous les croisez ou s’ils ont plutôt tendance à raser les murs. Observer comment les gens communiquent entre eux : les résidents entre eux, les résidents et le personnel , le directeur et le personnel .
- Si l’établissement est propre,(odeur ?) quel est l’état et l’aménagement des parties communes compte tenu des handicaps, la surface des chambres , l’état des sanitaires, la possibilité de personnaliser sa chambre, la possibilité de changer de chambre par la suite .
- Préparez la liste de vos questions : le ratio du personnel pour les soins (supérieur à 5 pour 10 résidents) l’aide apportée (si nécessaire ) aux résidents lors des repas ? , l’aide à la toilette ?, le nombre de douches données (si le résident n’est pas autonome) ? qui distribue les médicaments ? ou est comment se fait la cuisine ? Dans le cas où la personne âgée est très dépendante, il est aussi nécessaire de prendre le temps de discuter avec le personnel médical.
- Consultez l’information , les panneaux d’affichage : S’il y a une association des familles dans l’ établissement prenez contact avec les responsables (sans l’avis des directions qui peuvent vous en dissuader !), prenez contact avec le président  du Conseil de la vie sociale (CVS) , les élus des résidents et des familles , consultez les avis du CVS, les comptes rendu de réunion.

[Les activités,]

Lors de la visite, il peut être possible de consulter le planning des activités.
Si le programme semble alléchant avec de nombreuses activités proposées par jour, il y a des risques que l’établissement n’ait pas suffisamment de personnel pour s’y tenir.
Il en est de même si l’établissement propose beaucoup d’équipements (une salle de gym, une balnéo, un salon de coiffure permanent, une salle de cinéma ), sont-ils réellement utilisés, accessibles à tous ? si oui y a-t-il un cout particulier ?
Demandez les effectifs de personnes assurant ces activités d’animation et leur qualification spécifique .
Si l’effectif d’animation est limité posez la question des congés et absences  en cas de maladie ou maternité : n’ y a-t-il pas d’animation du tout  pendant ces périodes : des situations désagréables pour les résidents .
Vérifier aussi que l’animation ne soit pas réservée  aux personnes valides? ou si quelque chose est réellement fait pour les personnes dépendantes qui ne peuvent quitter la chambre , celles justement pour lesquelles, sans activité,  que le temps peut paraitre long .

[Les soins ]

Renseignez vous sur l organisation des soins et le personnel médical présent dans l établissement (demandez les ratios)  Celui ci sera différent selon le type de structure : un cadre de santé et plusieurs infirmières (y compris parfois la nuit ) ou une seule infirmière à temps partiel , médecin gériatre attaché à l établissement notamment dans les USLD , un médecin coordonnateur ( pas forcement à temps plein) dans un  ehpad , le résident sera alors suivi par le médecin géneraliste que vous aurez désigné : si c est le médecin traitant habituel du résident vérifiez tout de mème qu'il acceptera ce suivi en établissement et s'y rendra ; s'il y a changement de ville il vous faudra trouver un nouveau médecin qui accepte ce suivi , ne vous limitez pas forcement au médecin conseillé par l établissement , renseignez vous auprès des familles , en ville , il sera important de rencontrez avant pour vous en assurez de sa réelle disponibilité sur place auprès du résident , dialoguer ,exprimer vos besoins et vos attente . Détail: il vous faudra signaler  à  votre caisse de sécurité sociale ce changement de médecin référent. Quelque soit le type d 'établissement vous conservez le droit de consulter n' importe quel spécialiste ou autre médecin .  Renseignez vous sur le fonctionnement de l établissement vis à vis des personnes âgées malades ,voir aussi  en fin de vie : celui ci sera vraisemblablement lié à la quantité du personnel  médical présent (de l' hospitalisation rapide , à l'accompagnement en fin de vie )

[Autres]

vous pouvez vérifier d' autres éléments tels que la possibilité de changer de chambre , de la personnaliser , les liaisons téléphoniques , (fonctionnement des lignes directes  7jours/7 et 24h/24 ?), la distribution du courrier pour les résidents qui ne se déplaceront pas etc.

  


Rappel des pages en lien:

© 2018 FNAPAEF - Mentions légales - Plan du site